16 janvier 2013 - 35e Dakar

Contenu principal de la page.

35e Dakar – Pérou-Argentine-Chili – Etape 10

Au terme d'une superbe bagarre avec le tenant du titre, Joan Barreda (HVA) a signé sa 4e victoire d'étape 2013, 1'15 minute devant Cyril Despres (KTM). Reste qu'au général, c'est bien le Français qui reprend la tête du général, 1'31 minute devant son coéquipier Ruben Faria (KTM), 8e du jour, alors que chez Yamaha, seul Olivier Pain reste en lice après l’abandon sur chute de l’infortuné David Casteu...

Cyril Despres (KTM) domine !

Cyril Despres - KTM (photo ASO/DDPI)

Premier à s'élancer à l'assaut des 357 km de la 10e étape, Cyril Despres (KTM) a mené toute la journée sur la piste, réalisant une nouvelle journée d'attaque, mais sans grosses prises de risques sur un terrain typé enduro, même si rapide et technique, et surtout qui sollicite beaucoup le physique. Juste derrière lui en piste, Joan Barreda(HVA) s'est une nouvelle fois montré le seul à pouvoir concurrencer le rythme du tenant du titre. Et au final, au prix d'une grosse attaque en fin de spéciale, c'est l'Espagnol qui l'emporte, 1'15 minute devant Despres, et 2'44 minutes devant son coéquipier Paulo Gonçalves (HVA). Le Portugais, héros du jour après avoir réparé la machine de son coéquipier Botturi, victime d'une chute, confirme la vélocité des Husqvarna, qui placent trois machines dans le top 6 du jour.

Au général cependant, c'est bien KTM qui pavoise puisque la marque autrichienne profite des malheurs de Botturi pour occuper désormais les quatre premières places du Top 5 ! Surtout, le tenant du titre, Cyril Despres, reprend la tête du général pour 1'37 minute à son porteur d'eau Ruben Faria, 8e du jour à 8'15 minutes. Toujours en embuscade, Chaleco Lopez (KTM) reste 3e à 13'41 minutes, soit 4'40 minutes devant le Slovaque Ivan Jakes (KTM). Enfin, Alessandro Botturi, 1er pilote Husqvarna du classement, pointe désormais au 5e rang à 24'25 minutes, soit 9'54 minutes devant le 6e, Helder Rodrigues et la première Honda.

Cyril Despres - KTM (photo ASO/DDPI)

« C'est un rythme de croisière plutôt enlevé, ce serait plutôt du bateau off-shore », lance Cyril Despres. « Avec un Joan Barreda jeune et motivé à mes trousses, il ne fallait pas baisser de rythme. J'ai réussi à le faire. La moto s'est encore bien comporté et a moins souffert qu'hier. C'est toujours aussi agréable de faire de la glisse pendant 360 kilomètres sans se faire de frayeur. Je suis en forme, oui. La sélection, c'est ce qui fait la rareté et la différence du Dakar par rapport à tous les autres rallyes. Il y a des spéciales éprouvantes physiquement, et il y a une sélection naturelle par rapport au niveau de préparation des machines et des pilotes. Ce n'est pas le plus important de penser à récupérer des secondes au classement général. Ce qui compte c'est de marquer des points, faire la différence, prendre confiance et se libérer. Le classement, ça vient automatiquement sur les feuilles le soir ».

David Casteu - Yamaha (photo Team Casteu)

Enfin chez Yamaha Motor France, après avoir dominé la première semaine, David Casteu et Olivier Pain ont mangé leur pain noir ! En effet, le Niçois victime d’une lourde chute après avoir heurté une vache, a été contraint à l’abandon, blessé dans sa chair.

« J’ai les ligaments reliant la clavicule et l’omoplate arrachés », explique David Casteu, qui occupait la tête de la course lundi matin encore. « Donc cela devient très difficile pour moi de continuer à mi-parcours. Je suis très déçu pour mes partenaires et pour toutes les personnes qui sont derrière moi. Je reste sur place pour assurer mon rôle de manager dans le team en soutenant Romain Souvignet (Yamaha) ».

« Une 3e journée sans ! », commente Olivier Pain. « J’ai chuté dans la poussière et je me suis fais une vilaine blessure au coude droit avec 5 points de suture. Mais j’ai surtout perdu 15 minutes à cause du blocage du frein avant, seulement trois virages après ! Je sors 22e de la spéciale en lâchant 24 minutes. Je retrouve ma 9e place au général avec 4 secondes d’avance sur le 10e et 23 minutes du top 5 ! »

Olivier Pain - Yamaha (photo TeamTop)

Olivier Pain - Yamaha (photo Maindru)

En quads, Lukasz Laskawiec (Yamaha) s'offre une 2e victoire d'étape de rang, 1'35 minute devant Ignacio Casale (Yamaha) et 3'23 minutes devant Rafal Sonik (Yamaha), tandis que Marcos Patronelli (Yamaha) commence à gérer son avance au général et se contente du 6e chrono du jour, à 6'16 minutes du vainqueur à La Rioja. En effet, le vainqueur 2010 caracole toujours confortablement en tête avec 1h27'47 d'avance sur Casale, 2h05'51 sur Sonik et 2h59'33 sur le vainqueur du jour, nouveau 4e.

Camelia Liparoti - Yamaha (photo Maindru)

Mercredi 16 janvier - Étape 11 : La Rioja-Fiambalá

(Liaison : 262 km, Spéciale : 221 km, total : 483 km)

Fiambalá, l’indomptable

Il arrive que rien ne se passe du côté de Fiambalá ! C’est tout de même très rare. Et il a fallu que la pluie vienne améliorer la portance de ce redoutable sable blanc pour que les véhicules du Dakar 2012 passent sans trembler ni caler dans ce haut lieu du tankage et de la surchauffe. Car en moyenne, ces dunes aux contours si accueillants peuvent aussi réserver les surprises les plus désagréables. Tout est possible à Fiambala, y compris dans les nouveaux cordons de dunes au programme. Avec un retour au sable, le Rallye rentre dans une troisième séquence, où chacun devra adapter son pilotage et son approche globale du terrain : les moins attentifs s’exposent aussi à des erreurs de navigation qui se payent cher.

Jean-Paul Ancion (FFM) sur info ASO Presse.

Toute l’actualité du Dakar sur www.dakar.fr