L'enduro à l'ancienne - France Moto Magazine N°434

Contenu principal de la page.
Enduro_top

Sans une poignée d’irréductibles gaulois amoureux de vieilles mécaniques et d’organisateurs inspirés par une indispensable préservation du patrimoine, il est plus que certain que la plupart des motos de sport jugées obsolètes par leurs propriétaires successifs, iconoclastes seulement préoccupés par la recherche de la performance, seraient depuis longtemps retournées au néant…

Les pionniers de l’Afamac poseront le premier jalon en créant en 1979 un Trophée Vitesse qui permettra de revoir avec émotion quelques joyaux…et il faudra attendre 2004 pour voir la création au sein de la FFM d’un Comité Motos Historiques destiné à gérer des disciplines se développant auparavant chacune dans leur coin.

Depuis de nombreuses années, des épreuves d’enduro telles que Brioude en 93 ou encore Brionne en 95, accueillaient un petit groupe de motos anciennes, mais aujourd’hui, il n’est pas rare de trouver plus d’une centaine de motos au départ des enduros rétro français, preuve s’il en est de la bonne santé de l’activité.

Pour participer au Trophée de France d’Enduro à l’Ancienne, point n’est besoin d’investir dans un matériel coûteux, tout ce qui a roulé entre les banderoles depuis la fin des années soixante, de la 125 Monark, 250 KTM, SWM ou autre Maico et même la 125 DTMX, est cordialement convié à faire partie de la grande famille. Pour la petite histoire, vingt marques étaient représentées en 2009, toutes catégories confondues, une sorte de record qui montre l’acharnement de certains à faire revivre les bécanes les plus confidentielles certes, mais méritant à leurs yeux les trésors de patience déployés à les faire revivre !

Trois critères simples et visibles permettent de définir et classifier en toute équité les motos éligibles en enduro à l’ancienne : elles doivent être refroidies par air, posséder deux amortisseurs et deux freins à tambours.
Seule exception à ces règles, les C4 peuvent disposer soit du refroidissement liquide, soit d’une suspension progressive mais pas des deux à la fois.

La catégorie C1 regroupe les motos les plus anciennes, jusqu’à 1976 inclus. C’est bien évidemment celle qui regroupe le moins de machines (à part les PF), ces motos commençant à devenir rares et comme tout ce qui est rare est cher… Les C1 ne sont pas dépourvues de charme et leurs performances sont tout à fait remarquables, mais leur pilotage parfois exclusif incite certains à se tourner vers des engins plus « modernes » comme les SWM ou autres Husky 82, 83 et 84 qui composent une bonne partie des plateaux.

La catégorie C2 rassemble les motos de 1977 à 1979 inclus, la C3 les motos de 1980 à 1982 inclus et la C4 les motos de 1983 à 1985 inclus.
Quant à la catégorie C5, elle offre la particularité de regrouper tous les 4 temps des catégories C3 et C4. On trouve dans cette catégorie nombre de japonaises, comme des Honda XR.

enduro_middle

L’esprit prévalant aux courses de motos anciennes veut que si la préparation d’une moto avec des éléments existants à l’époque est autorisée, il est possible de remplacer des amortisseurs à bout de souffle par des éléments neufs, mais en respectant la longueur.
Dans un même ordre d’idées, le montage d’éléments plus récents, comme une fourche de plus gros diamètre, amène à classer une machine en catégorie C4, fut-elle de 1976, 1979 ou 1982.
Légère entorse à la règle en ce qui concerne le freinage des motos C4, le disque pourra être remplacé par un tambour, à condition que la moto soit d’un millésime inférieur ou égal à 1985.

Peu peuplée et c’est dommage (deux classés seulement en 2009), la catégorie PF (ou pisse-feu) regroupe toutes les machines de moins de 80cc, quels que soient leurs millésimes. On y retrouve des Fantic RC et autre Cardel, mais pas de Peugeot, Portal, AIM, Gori, Aprilia, BPS, Kramer, Ancillotti, toutes ces marques qui animaient le championnat d’Enduro au début des années 80.

Bien entendu, s’agissant de courses qui utilisent la voie publique, les motos doivent être immatriculées, assurées et équipées d’un échappement et d’un éclairage en état de marche. Un coupe-circuit est requis comme pour les modernes, mais que les possesseurs d’allumage électronique à risque (Motoplat pour ne pas le nommer) se rassurent, dans ce cas précis, le coupe-circuit sera testé en statique à l’aide d’un appareil de contrôle.

Les pneus devront être homologués, la mention DOT devant figurer sur le flanc. Eh bien non, plus de pneu cross, ni à l’avant, ni à l’arrière, même pour une moto utilisant une roue arrière de 17 pouces...
Courir pour pas cher, avec une moto originale, dans une ambiance bon enfant et sur des parcours adaptés ? L’enduro à l’ancienne répond à ces exigences…

enduro_bottom