La Montée impossible - France Moto Magazine N°433

Contenu principal de la page.
Press75

Plus près de toi mon Dieu…

Discipline peu connue chez nous, la Montée Impossible (hill climbing en anglais dans le texte) l’un des dernier paradis des bricoleurs de génie, est née aux Etats-Unis au début du siècle, les motards américains s’évertuant à escalader les collines les plus escarpées au guidon de leurs Harley et autres Indian…

En France, la discipline a commencé à émerger à la moitié des années 80, avec un melting pot des plus réjouissants en matière de motos, parfois des motos de cross à peine modifiées ou des prototypes improbables affublés de deux roues motrices. Rapidement, plusieurs sites deviennent des rendez-vous obligés de la discipline : Arette, dans les Pyrénées, le Grand Bornand, en Haute Savoie, Metabief, dans le Doubs.
En 1993, un Trophée de France voit le jour et avec lui, on assiste à l’arrivée de véritable protos spécialisés, certains possédant une double motorisation.
C’est quatre ans plus tard que la Montée Impossible acquiert ses lettres de noblesse en devenant Championnat de France.

Exit les engins pittoresques et leurs non moins folkloriques pilotes, le matériel est impeccable et performant et c’est Abadie qui hisse (il en a l’habitude) sa magnifique Harley sur la plus haute marche du podium. Il devient ainsi le premier Champion de France d’une discipline en plein essor, véritable concours Lépine des sports mécaniques où tous les coups ou presque, sont permis.

En 2010, la Montée Impossible est plus que jamais parfaitement cadrée, que ce soit au plan réglementaire ou technique et le calendrier de la Coupe d’Europe créée en 2009, comporte quatre épreuves : deux en France : La Bresse le 18 juillet et St Thomé le 25 juillet, une en Espagne le 22 août à Olatzi et une en Suisse le 29 août.
Les engins qui sont amenés à gravir (et le plus rapidement possible) des pentes d’une longueur comprise entre 100 et 250 mètres, dont la déclivité ferait frémir le dahu le plus téméraire (parfois plus de 90% d’inclinaison) doivent posséder une partie-cycle leur permettant de ne pas « mettre la cabane sur le chien » (1700 mn mini entre les deux axes de roues), le nombre de roues étant libre, pourvu qu’elles soient en ligne. Quant au moteur, il doit cuber plus de 600cc sauf pour les moteurs de fabrication artisanale et si la moto en possède plusieurs (de même type, dans ce cas).

Généralement, les cadres sont fabriqués de toutes pièces pour accueillir le ou les moteurs, certains équipant leurs motos de deux blocs Harley, Kawasaki, voire Zabel de side-car cross, mais un cadre d’origine équipé d’un bras oscillant long comme un jour sans pain peut également faire l’affaire.
Même si tout se passe, dans un premier temps, en montée, il faut cependant disposer d’un frein avant et d’un garde boue enveloppant à l’arrière, de manière à protéger le pilote lors des retournements fréquents de sa machine, le pneu arrière étant gracieusement hérissé de boulons ou de godets métalliques.

En motocyclisme, la parité n’est pas une vue de l’esprit et les filles n’ont pas été oubliées, elles disposeront d’un Trophée de France organisé dans le cadre et selon les mêmes règles techniques que celles du Championnat de France de Montée Impossible qui débutera le 30 mai et se terminera le 3 octobre au terme d’un périple de sept épreuves.
Espérons qu’Aude Vaxelaire, la seule femme ayant osé affronter les grimpettes du championnat fera des émules !

Gerard Bedet
Action 1922